06/05/2005

CEDRIC ATLAN...

Alors alors je vous parlais de quelqu’un dont vous ignorez l’existence, un artiste, comme les autres, quoique non je ne crois pas…

Ila  ce petit quelque chose en plus qui fait que…j’aime sa musique tout simplement

Ce côté romantique, avec de magnifiques jeux de mots dans ses chansons…

Alors je vous propose de découvrir ci-dessus sa vie…

 

Cédric Atlan voit le jour le 17 mars 1976 à Châtellerault, Cédric s’intéresse très vite à la musique. Dès l’âge de 8 ans, il intègre le conservatoire pour y apprendre le violon. Un an plus tard, déçu par l’aspect académique de l’enseignement qu’il y reçoit et attiré par la guitare, Cédric préfère prendre des cours particuliers.

Fan d’Indochine, d’Alain Bashung et de Jacques Dutronc, Cédric écrit sa première chanson pour une fille : une source d’inspiration intarissable pour ce jeune homme de 15 ans.

En 1998, alors qu’il termine ses études à Angers, Cédric décide de tenter sa chance et de monter à Paris pour vivre de sa passion. Dès lors, les petits boulots s’enchaînent : chauffeur de maître, stewart, vendeur, DJ... mais il ne perd pas espoir et continue à envoyer les maquettes de ses chansons aux maisons de disque.

L’année suivante, alors qu’il assistait au concert de MC Solaar, Cédric croise Daniel, le manager de l’artiste. Cette rencontre va changer sa vie. Très vite, il se remet à l’écriture. C’est en regardant les gens dans la rue qu’il trouve l’inspiration : des phrases courtes, percutantes, qui lui permettent de décrire le monde dans lequel il vit, en toute simplicité.

Deux ans plus tard, en 2001, Cédric signe son premier contrat d’artiste. Sa rencontre avec Cyril Assous et Thierry Chazelle, compositeurs de talent, lui permet de commencer à travailler sur son album et de se faire un nom.

En 2003, son premier single « Enfin on plait aux filles » remporte un succès incontestable. Zazie, qui prépare sa tournée, lui propose de l’accompagner sur les routes de France et d’assurer les premières parties de ses concerts.

Avec la sortie de son premier album intitulé « Elève indiscipliné, pense trop aux filles », Cédric Atlan confirme que les jeux de mots, l’ironie et la simplicité peuvent aussi plaire au public

 

 

 

  • Les filles sont heureuses et fidèles
    Si on a assez de place en nous pour elles (Come in)
  • D'abord on Playskool
    Puis on Playmobil
    Puis on Playstation et puis cool
    Enfin on plaît aux filles (Enfin on plaît aux filles)
  • "Et votre enfance ?"
    J'ai juste souffert ce qu'il faut
    Pas trop peu, ni trop
    Des parents qui s'aiment plus, et mon bac à l'eau, allô ?
    Est-ce que je suis normal ?
    Rassurez-moi Madame ?
    Suis-je normal ? (Suis-je normal)
  • Tchernobyl ne peut pas s'arrêter, pile, chez nos douaniers (...)
    Tu l'as vu ? Qui ? Mon Q.I. ?
  • Tu l'as vu ? Tu me prends pour qui ? Pour un con qui ne comprend rien ?
    (Q.I.)
  • Mais qu'est-ce qu'on va se compliquer
    A dupliquer nos physiques
    Comme on fait des mathématiques
    Quand on a la chance d'être unique
    (Bonnes questions)
  • En attendant vendredi
    Enfin là, la vie redevient supportable
    Les matins au lit, deux nuits, deux nuits déraisonnables
    En attendant vendredi
    Qu'il revienne, comme un printemps chaque semaine
    C'est plus que de l'envie, question de survie même
    (En attendant vendredi)
  • Je dédie cette cuite
    A toutes les petites
    Qui un jour dans les yeux
    M'ont dit "je te quitte, c'est mieux comme ça..."
    (A trois grammes et demi du matin)

 


11:56 Écrit par ***Cath*** | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Playmobil en avant les histoires Et bah moi je conaît Cédric Atlan...
Sinon très bonne biographie. Ce blog revie, c'est bien, ce qui n'est pas le cas du mien...

Écrit par : Alex | 06/05/2005

Les commentaires sont fermés.